Pays du Limousin n°63 - Limousin et si on osait la différence ?

Parution du 15 février au 15 avril 2013

  
  • publication_20-p1.jpg
  • publication_20-p4.jpg
  • publication_20-p5.jpg
  • publication_20-p6.jpg
  • publication_20-p7.jpg
  • publication_20-p8.jpg
  • publication_20-p9.jpg

L'édito
DE PHILIPPE CLÉDAT

Il faut oser !

Trop longtemps considéré – du moins par certains – comme une région déshéritée perdue au cœur de la France, le Limousin affiche, et ce depuis quelques années déjà, des atouts indiscutables, parfois méconnus, il faut bien l’avouer même par ses propres habitants. Des Limousins qui restaient un peu sur la réserve quant au développement de leur territoire. Quand ce n’était pas le défaitisme qui prenait le pas avec cette sempiternelle remarque : « oh, ça ne va pas aller très loin cette affaire-là... ».


Forts de ses avantages, mais conscients de la concurrence que peuvent se faire aujourd’hui les régions françaises, voire européennes, le Conseil régional et le Comité régional du tourisme ont tout dernièrement lancé la marque « Limousin, osez la différence ». Le but affiché étant de fédérer l’ensemble des Limousins et, pour aller au plus court, valoriser l’image de la région tant au niveau économique que touristique. Une marque qui pourrait être aussi une ambassadrice de poids pour attirer nouveaux arrivants et nouvelles entreprises...


Désireux depuis dix ans d’apporter notre pierre à « l’édifice Limousin », c’est avec plaisir que nous vous entrainons avec ce numéro à la conquête d’Allassac où s’exprime un savoir-faire hors du commun, à Nexon avec ses nouveaux jeux du cirque et ses chevaux racés, à Chameyrat où le patrimoine ne demande qu’à être préservé, à Gouzon qui ne manque certainement pas de dynamisme ou au Palais-sur-Vienne qui aime se mirer dans la Vienne.


De plus, nous ne pouvons pas refermer ce numéro sans jeter un regard sur les formations dispensées en Limousin pour les plus jeunes d’entre nous. Et là aussi nous n’avons pas à rougir. Même s’il est toujours possible de faire plus, toujours plus, notre région propose de se former à nombre de métiers. N’est-il pas vrai que le savoir émancipe ?

Bonne leture.

Acheter ce numéro

Autres numéros